Des dialogues existent entre l’émetteur et le récepteur, l’acteur et le spectateur, le théâtre et la ville, le passé et le présent, le public et le privé.  Les éléments sont rassemblés, les frontières déconstruites, l’expression théâtrale est libérée.

Le Diamant s’implante face à la place d’Youville, en plein cœur de la ville de Québec.  L’ancien YMCA qui occupe un angle du site sera conservé, restauré et intégré au nouveau théâtre, alors que les deux autres bâtiments du site seront démolis.  L’intention première de cette proposition de concours est d’effectuer un travail conceptuel qui transforme et décloisonne l’espace de l’intérieur vers l’extérieur, mettant en scène les passerelles et les espaces techniques de l’arrière-scène.  Une double performance prend forme; l’une pour les spectateurs et acteurs qui se produisent à l’intérieur de la salle de diffusion; l’autre pour les piétons à l’extérieur, qui assistent à un spectacle impromptu mettant en scène la mécanique du théâtre lors des représentations.  

L’entrée est marquée du fantôme d’une baie manquante, là où jadis se trouvait une partie du YMCA, proposant un passage à aire ouverte qui donne aux piétons la possibilité d’y déambuler et d’apercevoir l’arrière-scène d’un autre point de vue.En retrait de l’ancien YMCA, un mur rideau enveloppe la boîte noire de la salle de diffusion et ses passerelles,  épicentres de la performance théâtrale.  De nuit, le théâtre illuminé constitue un nouveau signal urbain qui saura ravir les spectateurs, les résidents et les visiteurs de Québec.

 

Dialogues exist between emitter and receiver, actor and spectator, theatre and city, past and present, public and private. Elements are pulled together, borders deconstructed, theatrical expression freed. 

The new theatre, Le Diamant, occupies a prominent site giving onto the Place d’Youville in the heart of Quebec City. The old YMCA on the corner of the lot is conserved, restored, and integrated into the new theatre, while both other buildings on the site are demolished. The main intention of the competition proposal is to conceptualise the space from within, from the core of theatrical performance and deconstruct the inner-working outwards. A dual performance takes place: one for the spectators and actors within the shifting performance cube, and a second for the impromptu pedestrian spectator who catches a glimpse of the exposed mechanisms that are set in motion during the performance. 

The entrance is marked by the ghost of the missing bay where the YMCA once extended, expressed as an open-air passage that offers pedestrians the opportunity to meander through and watch behind the scenes from another point of view. Set back from the YMCA, a floor-to-ceiling curtain wall envelops the black performance cube and its winding ramps. Glowing by night, the new theatre creates a new landmark within the city, appreciated by spectators, neighbourhood residents and city visitors.